dimanche 20 janvier 2008

Fi du scorbut

J'ai toujours cru que la vitamine C se décomposait à très basse température. En conséquence, je ricanais lorsque je lisais qu'il fallait éviter de consommer tel ou tel thé après 16h en raison de sa teneur en vitamines, dont la C. Certes, je continue à ricaner, car on sait que la vitamine C a tendance à réguler le sommeil, non à l'empêcher. Mais je pensais surtout qu'en raison de la température d'infusion, il ne devait pas rester grand chose de cette vitamine dans la tasse.

Pourtant, j'ai fini par douter. En particulier cet hiver quand je me suis enrhumé. La notice du Fervex (mélange de paracétamol, de vitamine C et d'un antihistaminique) conseille de prendre ce médicament le soir dans de l'eau chaude : bizarre.

La page en français de Wikipédia est succincte sur ce sujet : 
"Très fragile en solution, elle est détruite au contact de l'air, par la lumière ou la chaleur."
La page en anglais est au contraire très optimiste :
"Normally, boiling water at 100°C is not enough to cause any significant destruction of the nutrient, which only decomposes at 190°C, despite popular opinion."
Tout est dans l'énigmatique "normally"... Et cette phrase concerne la cuisson d'aliments, non l'infusion.

Que croire ? Et quelle est la teneur réelle en vitamine C d'une tasse de thé (non d'une feuille) ? Bon, cette question ne m'empêche pas de dormir, et pour cause. Toutefois, si vous avez des tuyaux, je suis preneur.

5 commentaires:

flo a dit…

Sur la vitamine C (acide ascorbique ou forme "ester C"...), les travaux de Linus Pauling sont très intéressants. Le site du Linus Pauliong Institute propose ette page sur la vitamine C : http://lpi.oregonstate.edu/infocenter/vitamins/vitaminC/

Thierry Souccar, journaliste scientifique, a écrit sur le sujet. A lire : le nouveau guide des vitamines (co-écrit avec le Dr Curtay), par exemple.

En effet, l'histoire de la vitamine C qui empêcherait de dormir, ou qui s'accumulerait dans les reins... c'est de la mythologie. Elle est, sous saforme hydrosoluble, sensible à la chaleur et à la lumière (j'ai cru comprendre que cela vient de sa structure moléculaire) ; en revanche, associée à des flavonoïdes, il se peut que cette sensibilité soit réduite. Ce qui reste bien en revanche dans le thé (comme dans les fruits et légumes), ce sont les flavonoïdes (j'emploie ici u nterme très générique), qui ont un effet anti-oxydant fort ; ce sont des composats de cette classe qui ont sauvé les pauvres marins de l'histoire du scorbut...

Pour la prise de la vitamine C : l'acide ascorbique est très bien, parfaitement assimilé. Absorber jusqu'à 4g par jour ne pose aucin problème --e nrevanche, on pourra peut-être désirer d'éviter les sorbitol, Emachinchose (colorant) des comprimés courants. Si le comprimé est sucré, c'est le sucre qui peut gêner l'endormissement. Il faut éviter l'eau chaude (l'acide ascorbique, forme isolée, n'y résistera probablment pas) ; i lfaut éviter aussi les comprimés effevescents, car en milieu alcalin la vitamine C est... détruite. Un comprimé de vit C effervescent + eau = un comprimé de rien du tout.

L'ester C, l'ascorbate de calcium (poudre), sont réputés plus "doux" pour l'estomac --sauf qu'ils sont plus chers, et que l'on ne connaît pas de cas d'acidité causés intrinsèquement par la vit C.

La fameuse vitamine C naturelle, tirée de baies : merveilleux, mais je me suis posée la questio nde la stabilisation de la molécule. J'ai contacté des labos qui en produisent, et je n'ai pas eu de réponse. L'inci ne dit rien sur le sujet ; quand on le regarde de près, on s'aperçoit que la mention "teneur garantie" ne figure que si la formule est assortie d'acide ascorbique. Donc je pense qu'il n'est pas utile de payer plus cher une molécule non stabilisée et peut-être disparue, alors que la même molécule, stable + présente + active, existe ... ou alors on mange de l'acérola frais cueilli ;)

Pour se supplémenter (si on le désire), les flavonoïdes et autres extraits standardisés, comme le pycnogénol, la quercetine..., sont très efficaces.

Bref. La vitamine C en l'état dans un thé qui a été manufacturé et se retrouve infusé, je doute, mais les nutriments en antioxydants (classe flavanols) encore plus intéressants que la vit C sont en revanche bien présents (sur le site du Linus Pauling Institute, un récap : va dans le menu en colonne de gauche).

flo a dit…

oups

j'ai l'impression que le lien est un peu long pour être visible donc ctrlC-able, alors voici celui de la partie du site qui intéresse le sujet : http://lpi.oregonstate.edu/infocenter/

ensuite, aller dans la colonne menu à gauche.

Patrick a dit…

En voilà des tas d'infos intéressantes : merci flo.
Le copier-coller du lien dans ton premier commentaire fonctionne chez moi.
Je n'ai pas encore tout lu. A noter que la page Wikipédia sur Linus Pauling est aussi passionnante.

Donc la forme "acide ascorbique" (qui, au passage, est celle qui est indiquée sur la notice du Fervex) ne résiste probablement pas à l'eau chaude : au moins ma question n'était pas totalement idiote. Et pour les compléments alimentaires, mieux vaut privilégier les comprimés à croquer avec acide ascorbique de synthèse...

Enfin pour ce qui est du thé : vitamine C ou pas (probablement pas), flavanols ou pas (sûrement oui), nous en boirons tout de même !
@+

Philippe a dit…

Tout ce que je peux dire c'est que certains Pu Er m'empêchent de dormir même si je les bois vers 14h00 (ex. galette n°5 de 1984 ou galette n°10 de 1987).

La dernière fois, pour essayer de m'endormir, j'ai passé la nuit à compter les feuilles de thé de chaque galette : sans succès :-)))

Patrick a dit…

Ouaip, certains thés fatiguent un peu.
Cela me fait penser, dans le même registre : j'ai longtemps eu du mal avec l'idée de "cha qi". Pour moi, un thé contenait plus ou moins de théine, libérée plus ou moins rapidement selon les tanins, donc était plus ou moins excitant, point barre. Mais l'effet est parfois si ébouriffant que je comprends qu'on puisse vouloir en faire une notion... Voir par exemple
http://teamasters.blogspot.com/2006/01/cha-qi-discussion.html
C'est marrant, mais à consommer pas mal de thés différents, on finit par se rendre compte de leurs effets respectifs sur notre corps, et le "cha qi" finit par être une notion certes floue, mais pratique pour les décrire.