mardi 16 décembre 2008

Avent




As Dew in Apprile - This Little Babe 
A Ceremony of Carols
B. Britten

---
On les imagine en Walkyries plutôt qu'à célébrer le mystère de l'incarnation. Apprivoisez les mégères et guettez le tempo rapide de la seconde pièce ("This Little Babe"), dont les couplets sont chantés successivement à l'unisson, puis en canon à deux, puis trois voix décalées d'un temps. Je trouve saisissant l'effet de réverbération. Cela vibre comme un cœur ardent dans l'immensité blanche. C'est, en quelque sorte, une tache impressionniste dans une pub pour lessive, une ombre sur le visage de Bree van de Kamp...

Oui Calyste, "trois semaines font un beau blanc" ! Qu'est-ce qui vibre au cœur de celui-ci ? Bah ! Britten, de multiples choses sans importance... Sous un ciel grisâtre, lourd d'humidité, un peu de blanc pur ne me déplaît pas. Même sans grand-chose en son milieu.

14 commentaires:

Raphael a dit…

Ah... Bree van de Kamp...
en vinyl noir, ce doit être encore mieux...

Patrick a dit…

Merci à Flo de me l'avoir présentée.

Indépendamment du physique, par bien des aspects, le personnage me rappelle trop ma propre mère pour m'autoriser des fantasmes de cet ordre. Néanmoins, je comprends...

flo a dit…

si vous êtes devenus fans de Bree VdK, je propose immédiatement le dépôt des statuts d'une secte :D

Raphael, console-toi avec un souvenir : dans la saison 1 tu as vu Bree, non pas en vinyl noir, mais en dentelles rouges avec fourrure, et non je ne suis pas en train de jouer sur les mots. Elle se rapprochera du vinyl, toutefois, grâce à l'amitié brève mais intense qui aura uni Rex et Maisie Gibbons, à laquelle une nouvelle occasion pour Bree de porter du noir ne sera pas étrangère.

Il y a bien des ombres sur le visage de Bree. Pas mal de jets de lumière, aussi. C'est probablement le personnage que je préfère dans la série.

Quelle lumineuse image à regarder en écoutant ! merry Xmas

Calyste a dit…

Les multiples choses qui vibrent ne sont jamais sans importance, mon cher Patrick: c'est cela sans doute, la vie.
De bonnes fêtes à toi. (Je m'y prends à l'avance, si tu redisparaissais trop longtemps...)

Patrick a dit…

La scène des dessous chics sous la fourrure était d'ailleurs irrésistible. So Bree ! Et je relève l'expression "amitié brève mais intense" pour décrire les relations de Rex avec cette voisine ; je n'aurais pas utilisé les mêmes mots, mais pourquoi pas ? ;-)

Dans les boni du coffret de la saison 1 que tu m'as prêté, le créateur de la série explique que Bree est inspirée de sa propre mère, ce que j'ignorais quand j'ai écrit le commentaire plus haut. Pas étonnant que le personnage soit le plus complexe, tendre et irritant, de la série. La phrase qu'elle adresse à son fils lorsqu'il avoue son homosexualité ("je t'aimerais même si tu étais un criminel") est véridique. De quoi l'adorer et la détester à la fois. So, so Bree !

Je vais effectivement bientôt disparaître, je pars lundi (chouette !).

flo a dit…

oui, Mark Cherry a "redécouvert" sa mère à un moment difficile de sa vie (le moment où il raconte comment elle lui a confié un morceau de désespoir et de solitude est d'ailleurs très émouvant). Toutes -sans doute Bree puis Lynette un peu plus que les autres- sont très proches et de sa mère, et de lui-même dirait-on.

Les relations entre Bree et Andrew, déjà spéciales vont encore se nuancer, se complexifier.
Andrew est pour Bree la traversée du miroir : il est, su moins en saison 1, tout ce qui nie les valeurs de Bree. Et pourtant elle reste sa mère, même envers et contre lui. On verra ensuite, mais bien plus tard, un Andrew qui passe de l'autre côté du miroir.

Bree n'a tout de même pas de bol avec sa petite famille... au sens où au début on pense que c'est elle le freak, mais ils sont tous quand même bien gratinés. C'est la maison la plus wisterienne de tout Wisteria Lane, non ?

bonnes vacances et très bon noël !

Patrick a dit…

Merry Christmas tout le monde !

Raphael a dit…

C'est assez particulier comme série.
Il y a presque tous les ingrédients pour faire un navet et pourtant c'est excellent. Il faut avouer que c'est vraiment bien écrit. J'attaque la saison 3 que je trouve encore plus 2nd degré que les 2 précédentes. On est dans le grotesque, rien n'est crédible mais ça marche. Et puis, c'est tellement bien joué.

Raphael a dit…

Et puis, il y a cette scène d'anthologie en saison 1 je crois lors de laquelle Bree ne peut pas se concentrer au lit parce que le sandwich de son cher et tendre dégouline de la table de nuit.

flo a dit…

c'est précisément la scène des dessous rouges, Raphael...

en arlant d'anthologiela scène du dîner (104 si je me rappelle bien) est beyond Bree

les épisodes 7 (avec notamment l'épiphanie onirique de Lynette) et le 16 (avec le shift de narrateur off) de la saison 3 sont des perles, des merveilles. Le 17 est d'un esprit total, avec des répliques qu'on a envie de prendre en note tant ça percute --on retrouve très nettement le "wit" léger et profondément hilarant de la saison 1. mais je raconte pas, pas de spoiler.

fans de Marcia Cross, vous rappelez-vous son rôle dans Melrose Place ?
Qui a vu Transamerica avec Felicity Huffman ?
Qui peut me dire quelle femme de Desperate est l'héroïne éphémère d'un incipit de 6FU ?

Raphael a dit…

La vache !
Aurais-je marché sur un nid de mordus de séries ?
Je me sens tout petit, simple adorateur de Hercule et Arthur et amateur de Sherlock, Jack et de quelques femmes désespérées...

flo a dit…

hé hé... tu ne crois pas si bien dire !

un peu de prosélytisme : je te suggère de jeter un oeil sur Ally mc Beal et Boston Legal.
Ne serait-ce que pour entendre le leitmotiv de Lucy Liu : "there must be someone to sue". Et pour voir Heather Loclear en Veuve Noire, Candice Bergen en robe noire, James Spader en robe noire.

et puis dans Ally il y a une histoire de grenouille qui va te faire exploser de rire.

Raphael a dit…

J'évite comme la peste Lucy Liu lorsque mon épouse est en déplacement. C'est pas le moment de booster ma libido ;0)

flo a dit…

évidemment, vu comme ça...
mais ce n'est pas un problème en fait. quand tu verrais Lucy Liu à l'écran, tu n'aurais qu'à te rappeler la scène à table de Kill Bill... (la scène du dîner au club entre Bree et Rex en fin de saison 1 m'y a fait penser d'ailleurs, sais pas pourquoi :) )

décidément les dîners à l'écran sont riches.